Blog - Rêve Lucide

Rêve Lucide
Menu
Aller au contenu

Les dossiers du mois


Pour le meilleur et pour le pire

Rêve Lucide
Publié par dans Croyances ·
Le monde physique, plus particulièrement le scénario de la vie, s’articule autour de nos croyances dominantes, mais nous n’en avons pas conscience parce qu’il s’agit d’un phénomène « souterrain » et la plupart du temps, à effet retard. Il est particulièrement intéressant de constater que les personnes qui accordent un crédit à cette hypothèse sont en général les « chanceux », ceux pour qui tout va bien ou pour lesquels les problèmes se résolvent facilement. Ils se sentent intuitivement responsables de leur bonne fortune. Par contre, les éternels « malchanceux » quant à eux refusent obstinément qu’il puisse y avoir un lien entre leurs croyances et les galères qu’ils vivent au quotidien. Il leur faut un bourreau, une cause extérieure, un bouc émissaire. Et s'ils n'ont rien de tout cela sous la main, ils se fabriquent un faux souvenir. Jusque-là, rien de nouveau sous le Soleil, tous les psychologues et travailleurs sociaux savent qu’il en est ainsi et les rayons des librairies regorgent d’ouvrages sur cette thématique, comme le célèbre « Faites vous-même votre malheur » ou encore, « Comment réussir à échouer » de Paul Watzlawick.   
 
 
Le rêve, qu’il soit normal ou lucide, nous offre l’inestimable chance d’appréhender le phénomène en temps réel. La réponse à nos croyances, à nos pensées et à nos émotions est instantanée. Contrairement au monde physique, l’univers onirique entre immédiatement en résonnance avec nos croyances de l’instant. Volatile par nature, il se modélise autour de ces dernières. C’est la raison pour laquelle le monde du rêve est un écosystème en perpétuel changement; un changement corrélé à nos croyances ainsi qu'au flux de nos pensées et de nos émotions. Dans un rêve, si vous pensez « pluie », il pleut. Si vous pensez « maladie », vous tombez immédiatement malade. Si vous pensez « gâteau » et que vous entrez dans votre cuisine, un gâteau vous attend. Si vous êtes dans un avion et que vous vous dites : « tout va trop bien, ce n’est pas normal », l’aéronef se met à tomber comme une pierre. Si vous êtes dans un parking et que vous commencez à avoir peur pour votre intégrité physique, un gros balèze vous tombe dessus pour vous violer, s’emparer de votre véhicule ou vous délester de votre argent.
 
 
Dans le monde physique, il en va de même, à la seule différence qu’une pensée/croyance de ce jour (pour autant qu'elle soit puissante et nourrie) impactera notre vie dans deux, trois, cinq, voire dix ans… mais elle l’impactera inéluctablement et durablement... pour le meilleur ou pour le pire. Pourquoi ce différé ? Tout simplement parce que notre monde physique est relativement dense, stable et inerte. Une pensée doit être nourrie et entretenue pendant très longtemps pour l’impacter. La vie ne surprend pas par des miracles au quotidien, ou alors très rarement. En règle générale, il lui faut du temps pour organiser les éléments en vue du résultat.
 
 
Certes, je n’irai pas jusqu’à dire que dans le monde physique ce sont nos pensées qui font tomber les avions ou exploser des centrales nucléaires, mais pris en tant que symboles ou archétypes dans un rêve, le message ne peut être plus clair. Preuve en est les scénarios de vie récurrents.  
 
 
Lorsqu’on se promène consciemment dans l’univers onirique, tout cela devient une évidence : « je suis bel et bien créateur-trice de ce que je vis ». "Y’a pas photo", comme on dit couramment. Aussi, non seulement nous pouvons expérimenter ce phénomène, mais la chance nous est offerte de reconsidérer nos croyances à l’aune de la plasticité du rêve, d’autant que dans le monde onirique, nous sommes au cœur de notre inconscient et par conséquent, nous pouvons plus facilement « reprogrammer » des mémoire que depuis l’état de veille.

A tout bientôt :)

Source image: http://www.pinsdaddy.com/inspirational-riverrocks



Aucun commentaire


Retourner au contenu